Catégories
Livres Blanc

Les tendances du Digital

En marge du groupe Linkedin « Digital Marketing », John Horlsey a partagé le rapport trimestriel de Adobe sur le tendances lourdes du Digital (ou numérique) pour 2015.

Légitimité d’Adobe

logo adobeBeaucoup se poseront la question de savoir si Adobe est réellement légitime pour débusquer les tendances du numérique. Même si l’on l’habitude d’associer Adobe a des produits de création, comme Photoshop, Dreamweaver et autres Premiere, il faut savoir que la société a effectué un virage centré sur le business numérique depuis près d’une dizaine d’année. En s’offrant des sociétés comme Business Catalyst et Omniture (analyse de trafic, ecommerce et retargetting) en 2009, Adobe est devenu un acteur clef du web. Dans un autre secteur, en mettant Behance, Néolane et Fotolia, c’est toute la chaîne de création, d’envoi d’email et de branding (bref, les agences et les créas) qui sont tombés dans le giron du géant de San José.

C’est en tentant de connaitre au mieux les besoins de ses propres utilisateurs qu’Adobe a mis en place une série d’outils pour prendre leurs commentaires et retours d’expérience. L’un de ces outils est une étude annuelle complétée par plus de 6000 professionnels du numérique. Les réponses de cette enquête ont permis de tracer 5 grandes tendances entremêlées et soulignent les changements par rapport à l’année passée.

Quoi de neuf dans le Digital en 2015 ?

  • L’expérience client devient un impératif pour exister en 2015.
    22% des personnes ayant répondu à l’enquête estiment que c’est à elle seule, l’opportunité la plus importante de l’année. Par opposition le « Content marketing » n’a obtenu que 15% des votes !!!eperience client 2015Un autre graphique du rapport montre que cette liste de priorité change peu même lorsqu’on place la perspective à 5 ans. On peut réellement parler de tendance lourde et non de simple influence.
  • Dans le but d’obtenir une meilleure expérience client, les domaines les plus prometteurs sont le social, le mobile et la personnalisation du contenu. On notera que le prix n’est plus une stratégie différenciatrice. Une majorité des participants indique que la guerre des prix n’est pas suffisante pour se créer sa place.
    tendances domaines digital 2015
  • La personnalisation, l’optimisation du contenu et les médias sociaux sont les plus hautes priorités cités par les participants pour répondre aux besoins des utilisateurs.plan action experience client 2015
  • En 2015, il sera aussi question de maturité technologique. Le « mobile » n’est pas encore vieux, mais ce n’est plus LE sujet dont tout le monde parle. A ce sujet, la majorité des participants de l’enquête disent progressivement mettre en place les outils mobiles pour servir le bon contenu / la bonne offre aux prospects. En 2015, « faire du mobile » ne vous mènera pas très loin si vous ne prenez pas la mesure de son potentiel (ex: Geolocalisation, Wearables, Internet of Things).maturite technologies mobiles 2015
    Dans le lot, la géolocalisation est d’ailleurs le premier outil mis en avant dans les stratégies pour 2015 quelle que soit l’industrie concernée (secteur public, finance, telecom ou vente au détail).
  • Les acteurs du numérique ont du mal à interpréter les données accumulées dans leurs bases de données. Qu’il s’agisse de de mieux connaître ses clients, d’offrir du contenu plus en phase avec sa cible, le marketing de 2015 devra être aussi ciblé que possible. C’est la promesse du « Data-driven marketing ». Mettre en oeuvre le fameux Big-Data ne sera plus un slogan pour faire dans le coup, mais un vrai positionnement stratégique pour prendre l’ascendant sur les besoins de sa cible.

Il faudra donc en retenir qu’en 2015, l’expérience client est le facteur qui pourra faire (ou défaire) le succès d’un projet. Pour y parvenir, on misera sur la maturité des moyens de communication, du message et du lien entre la société et sa cible. Sans ce trio, les clients ne verront pas la valeur d’un marketing qu’ils jugeront dépassé.

Pour finir sur une note encourageante, seul 20% des participants à l’enquête d’Adobe estiment que le marketing Digital est isolé du reste de l’organisation. Sans dire que 80% des autres entités embrassent pleinement la révolution numérique, on parle bien d’un changement de culture, sans nul douté stimulé par les smartphones et réseaux sociaux.

Pour aller plus loin, l’étude (en anglais) vous donnera une vision plus approfondie de chacun de ces points. Elle est disponible ici, gratuitement.

Catégories
Définir Durer Gestion de projet

Que penser des micro-sites ?

Récemment un collègue d’une équipe marketing m’a passé un coup de fil pour savoir quelles informations je pouvais lui fournir de manière à aider son agence à créer un micro-site pour un lancement produit. Sans m’étaler plus sur une certaine lassitude à ce sujet, je me suis interrogé sur le bien fondé de ces demandes, tout en jetant un coup d’œil aux recommandations.

Un site minuscule ?

Que penser des micro-sites ? -Wikipedia définit un micro-site (en anglais) comme étant une page ou une collection de pages fonctionnant comme complément à un site principal. Le micro-site a généralement son propre nom de domaine ou son propre sous domaine. A cela je rajouterai que c’est outil principalement utilisé dans le cadre de lancements de produits, de campagnes ou d’événements. La nature même du micro-site en fait une option très tentante pour les équipes marketing puisqu’il permet de partir de 0, de ne pas tenir compte de l’existant (du site principal)… enfin, c’est l’idée reçue. Il permet d’être très attractif visuellement et avoir un message, positionnement, Call to Action unique. De part sa taille, il est aussi plus simple de mesurer son adoption par les prospects, à entretenir et à présenter en interne.

Le revers de la médaille  est donc que ces quelques pages seront isolées, orphelines du reste du site principal. Jakob Nielsen y fait référence et l’illustre avec l’exemple d’un micro-site d’IBM :

Abandoned microsites litter the Web as the detritus of old marketing campaigns. A dedicated microsite might have been a good idea back when you launched a new product, but by the next year it’s undermining your online strategy and diluting your online presence.

Web design is design for the ages. Think about how anything you do will feel in 5 years.

It’s typically best to forego independent microsites and place new information on subsites within the main site. But you still need to integrate these subsites within the overall site structure.

For example, on both microsites and subsites, we often see product-specific pages that fail to link to information about the company or organization behind the offering. Further, many sites poorly represent their subsites in the main site search — which often ignores microsites altogether.

Subsites should definitely not aspire to become independent sites with no relation to the parent site of which they are part and which should provide them with context and richness. In my opinion, IBM’s new AlphaWorks subsite is an example of what not to do: IBM has maintained a strong site identity across all their other subsites with a logo in the upper left corner and a tilted subsite image in the upper right, but AlphaWorks hides the logo at the lower left and has an inconsistent style. It’s almost as if AlphaWorks was ashamed of its parent site.

Outre les forces et faiblesses des micro-sites, on peut distinguer de bonnes et moins bonnes raisons d’y recourir.

Les bonnes raisons de créer un micro-site

Sous réserve de faisabilité, la décision de se doter d’un micro site est de l’ordre de la communication et de la gestion de contenu : le contenu s’adresse-t’il à une audience différente ? Le contenu est-il périssable ? L’auteur du contenu est il différent ?

Cibler une nouvelle audience : la majorité des CMS actuels permet de gérer des profils utilisateurs et de leur servir du contenu en fonction de leurs centres d’intérêts, des sites qu’ils ont déjà visités ou toutes autres informations que l’on pourra récupérer pour segmenter de manière dynamique*. Tout cela est plutôt malin, mais quand on prospecte de nouvelles niches, on est souvent mal équipé pour attirer ces visiteurs. La création de contenu niche, de landing pages, de « honey pot » fait partie du quotidien des équipes de merchandising. Dans ce cadre bien spécifique, un micro-site est une option assez solide. Il constituera un point d’entrée organisé dans le seul but d’attirer un nouveau trafic. Attention aux techniques peu vertueuses de « black-hat SEO » qui ne vous emmèneront jamais bien loin à moyen terme.
* Loin de moi l’idée de penser que l’absence de cette fonctionnalité dans votre CMS légitime l’usage d’un micro-site. Nous y reviendrons d’ici quelques lignes.

Exemple : le blog Coca-cola Conversations

Message périssable ou immersif : je ne suis pas entièrement convaincu par ce point mais il est vrai que dans un souci de facilité et d’accessibilité, il peut être recommandé de créer un micro-site événementiel. Dans le cadre d’un salon, pour le lancement d’un film, pour une vente-privée… C’est à la fois du contenu ultra-segmenté auquel on accède par des canaux bien identifiés et des éléments ou la correspondance online / offline est essentielle pour l’expérience utilisateur. Une telle immersion ne serait pas possible sur le site principal pour la simple raison qu’elle mettrai en péril la cohésion des rubriques déjà existantes. L’exemple classique d’après moi serait les campagnes marketing ayant une composante virale et ultra « social ».

Exemples : les nombreux sites de Samsung ou de Fujifilm (où les utilisateurs peuvent uploader des photos prises avec les produits des marques en question), lancement de la série « Back to you » (où les visiteurs peuvent uploader leur photos dans un montage dynamique pour avoir une dédicace personnalisée)

Contrainte légale ou engagement politique : pour éviter le mélange des genres, se protéger légalement ou pour vulgariser un message politique.

Contenu Co-funding / co-branded : chacun visant à garder son intégrité, il est de bon ton de créer des espaces isolés ou plusieurs marques vont collaborer pour subventionner du contenu ou un produit tierce. Les exemples foisonnent, notamment dans la grande distribution, dans l’industrie pharmaceutique, informatique et des jeux vidéo.

Que penser des micro-sites ? -Search Engine Optimization (SEO) : il existe encore quelques noms de domaines disponibles et dans, certains cas rares, ils peuvent coïncider avec le nom de votre produit. Dans ce cas précis, c’est probablement une bonne idée de vous doter de ce nom de domaine et de développer du contenu pertinent. Rien ne vous empêche pour autant d’utiliser ce nom de domaine comme point d’entrée dans votre site en utilisant les techniques de redirection (plus précisément de white hat cloaking).

Exemple : www.audi-quattro-highlights.com

Les mauvaises moins bonnes raisons de créer un micro-site

– Au risque de décevoir mes collègues du marketing, créer un micro-site n’est pas une fin en soit, il faut le traiter comme un site à part entière, qui a sa légitimité. Ainsi, un lancement produit, une nouvelle idée lumineuse ne justifient pas que l’on se mette à créer des micro-sites à la douzaine.

Court-circuiter les procédures de gouvernance interne : Notamment dans les grandes structures, il est plus simple au marketing de demander à une agence d’executer un brief plutôt que de se lancer dans la quête du bon interlocuteur. On fait appel à telle ou telle agence dont on a entendu parler, on s’en occupe directement donc on a l’impression d’avancer plus vite et puis au pire l’agence devra bien apprendre à être autonome.

Contraintes de budget online / offline : Depuis ces quelques dernières années de crise, la partie « print » perd de la vitesse et du budget au profit des outils online. Les équipes en charge de ces livrables se retrouvent donc à faire un métier assez diffèrent du leur et tout en apportant une réelle valeur ajoutée et une rigueur qui fait souvent défaut aux métiers du web, on fait face au paradoxe type : le monde offline cumule des documents différents qui ont des durées de vies de quelques semaines au mieux; le monde online organise, agrège, stocke et structure de l’information qui ne disparaitra jamais complètement. Dans de nombreux cas, l’excellent contenu produit dans ce genre de projet serai une source d’information de valeur sur le site principal.

Contraintes de ressources internes : Lors des périodes de forte activité pour la partie online, il peut arriver que la recommandation soit de passer avec une agence. Ce que ca veut dire en vrai, c’est que non seulement la création ne sera pas assurée par l’équipe en charge du site principal, mais en plus, le site ne sera pas maintenu, supporté ni réintégré au site principal par cette équipe. Aussi bonne l’agence soit elle, il est toujours difficile de livrer un projet de qualité sans le support de l’équipe en charge du média. L’expression de besoin du demandeur est une chose mais le cadre des possibles et surtout les pistes d’évolution futures sont des éléments clefs qui feront qu’un micro-site sera orphelin et dépassé en 1 semaine ou en 6 mois.

Contraintes technologiques, de sécurité ou légale : Aller ailleurs parce qu’on ne peut pas avoir ce que l’on cherche en interne est souvent une approche saine et constructive. Plus le demandeur est au fait de ce qu’il recherche, plus son expression de besoin sera précise. Pour autant, le demandeur ne doit pas se substituer à l’équipe online, IT ou légale qui sont les seuls vrais experts dans leur domaines. Si l’on ne reçoit pas de feu vert pour faire un jeu concours avec dotation pour les vainqueurs, le faire en externe ne règlera pas le problème, juste les tensions internes. De plus, autant la contribution et le résultat final sont du ressort de l’expression de besoin, autant c’est à l’équipe online et / ou IT de définir les moyens, les outils, les applications pour y parvenir. Il ne s’agit pas que d’une question de compétences, il s’agit de s’inscrire dans une dynamique d’évolution, de performance, de support… trop de facettes pour une une personne dont ce n’ai pas le travail à temps plein.

Au bout du compte

On peut potentiellement faire n’importe quoi avec un micro-site et dans de nombreux cas c’est une excellente chose qui contribue à l’expansion de la marque et non a la dissolution de sa présence en ligne. Pour autant, il est assez difficile de s’assurer de qui fait quoi et les grandes entreprises savent aujourd’hui qu’elles ne savent pas combien de sites elles possèdent.

A moins d’une forte gouvernance et de la mesure de la qualité des campagnes, on aura toujours de grandes chances de voir des sites sans lendemain, avec du contenu périmé et des opportunités manquées pour les petites et grandes marques. Comme le note Brian Morrissey, il y a peu de chances que les agences cessent de recommander la création de micro-sites !

Clients want more of an emphasis on igniting conversation and less on the rich, textured sites that have typically accompanied their campaigns. The goal, as EVB CEO Daniel Stein put it, is to “stop building $1 million microsites that attract [only] 10,000 visitors.”

Advising a client to skip a $200,000 microsite in favour of a free Facebook page or social network built on Ning for $25 per month might be the right move, but it begs the question of whether the agency can make money.

Grégory Raby

Catégories
Developper

Developper : l’url rewriting #1 – comment donner du sens à vos urls ?

Les procédures de définition d’un projet web mettent naturellement ce que l’on trouve dans le site. L’identité visuelle, l’ergonomie, les chemins que les utilisateurs devront parcourir pour atteindre leur objectifs sautent à l’esprit puisque c’est ce que l’on voit et ressent dès les premières minutes sur un site. Depuis que Google est en position de quasi-monopole dans la plupart des pays, on prend aussi en compte des mots clefs (taxonomie, règles d’édition du contenu) et d’informations moins visuelles (comme le titre des fenêtres ou les textes descriptifs des images). Ça fait déjà une longue liste de tâches à accomplir pour être au niveau par rapport à vos concurrents potentiels. La bonne nouvelle, c’est qu’il y a encore des moyens de se différencier et de marquer des points de manière efficace ou de combler votre retard actuel. Comme le nom « url rewriting » l’indique, l’idée est de reformater les urls pour leur donner plus de pertinence, de sens.

Reformater mes urls ?

En ré-écrivant des urls dynamiques, il y a de fortes chances pour que la structure qui se déploie dans la barre d’adresse de votre navigateur paraisse plus logique aux yeux de vos visiteurs. C’est déjà quelque chose que vous voyez au quotidien sans vous en rendre compte. Normal, on ne remarque que si nous parait compliqué. Ainsi, de l’exemple #1 on pourra passer à l’exemple #2 en quelques étapes.

Exemple #1:
https://www.site.com/comparaison.php?categorie=172201&c=fr&l=fr

Exemple #2:
https://voyages.site.fr/billet/avion

1er avantage: imaginons que l’on voit cette url dans les pages de résultat d’un moteur de recherche (SERP), il y a fort à parier que que les visiteurs cliquent davantage sur l’url qui comprend les mots clefs qui correspondent à leur recherche.

2ème avantage: entre deux pages comprenant un contenu globalement similaire, traitant du même sujet, sans vrai facteur différenciateur; devinez laquelle de ces pages sera indexée plus facilement que l’autre ?

Pour autant, le champ d’application de l’url-rewriting est bien plus large que ce simple exemple. En fonction des besoins de vos projets, on pourra approcher cette fonctionnalité en s’axant sur:

  • la sécurité : cacher des failles potentielles liées à certains scripts,
  • le SEO : améliorer le référencement naturel des pages du site et le click-through,
  • le Customer Experience : les visiteurs peuvent mieux appréhender la structure du site… et on aime tous pouvoir se repérer sur un site,
  • les webanalytics : imaginez un rapport de trafic / revenu (basé sur les répertoires de vos urls) qui ait du sens,
  • l’opérationnel : pas besoin de changer toutes vos urls (ni de perdre le trafic ou Page Rank associé) lorsque vous lancez ou re-« brandez » un produit ou un site.

Chacun de ses points peut être une raison suffisante pour se lancer dans cet exercice.

Ok, j’en veux changer la structure de mes urls, je fais comment ?

Il existe des centaines de très bon sites qui couvrent l’implémentation technique sous les différents serveurs web qui existent aujourd’hui (enfin quand même surtout Apache et Microsoft IIS). Sans  réinventer ou recopier ce qui a été fait ailleurs, voilà déjà quelques pistes qui vont vous donner de quoi commencer.

Revenons à la définition de l’url rewriting. Le principe est de de vous permettre d’écrire des règles permettant au serveur de modifier les urls des contenus recherchés par les visiteurs. On a donc bien une notion de règles (à définir) que le serveur (Apache ou IIS) devra interpréter.

Concrètement, je veux transformer quoi en quoi ?

La première étape est donc de faire un état de ce que vous avez et de voir en quoi vous voulez le transformer. Bien que cela tombe sous le sens, il est important de bien se poser la question sous différents angles. Est-ce que ce que vous pourriez imaginer sur un coin de table serait pertinent une fois que vous regarder à vos rapports de statistiques ? Est-ce votre site est la cible d’attaques incessantes contre lesquelles il faudrait penser à se protéger ?

La meilleure méthode reste de commencer à griffonner sur un bout de feuille Excel les urls type que vous avez aujourd’hui, trier celles que vous voulez reformater et imaginer comment vous pourriez les simplifier. Vous n’avez pas besoin de simplifier TOUTES les urls de votre site, une approche branche par branche peut être se révéler bien plus pertinente ou en tous cas permettre de valider les acquis et la méthode.

Comment je dis ça au serveur ?

Cette fois, cela va dépendre du langage et du type de serveur que vous utilisez pour faire tourner votre site. Il exise grosso-modo 2 types de serveurs web : Apache (qui se couple généralement avec PHP & MySQL) et Microsoft IIS (qui se couple généralement avec ASP.NET).  D’après Woozweb (observatoire de sites) la part de serveurs Apache tourne autour des 80% du marché alors que IIS ne récolte que près de 20%. Apache représente a peu près 80% du marché mondial, vous trouverez par conséquent beaucoup plus de documentation à ce sujet, pour autant IIS n’est pas en reste et vous permet d’atteindre exactement les mêmes objectifs. Commençons donc avec le couple Apache & PHP.

Méthodologie sous Apache

On se bornera ici à faire quelques tests donnant des directions sur ce que vous pouvez développer de votre côté. En aucun cas il ne s’agit d’une liste exhaustive.

1. Assurez-vous que votre serveur Apache gère l’url rewriting.

Il se peut que, en fonction de votre hébergeur ou de la manière dont est configuré le serveur, les instructions ne soient pas prises en charge. Commençons par savoir si le module est actif.

Créez le fichier « info_config_apache.php » comprenant cette simple ligne de code:

<?php phpinfo(); ?>

Ouvrez votre navigateur à l’adresse en question et regardez si « mod_rewrite » fait partie des modules listés. Si ce n’est pas le cas, je vous conseille de vous reporter à la FAQ de votre hébergeur. S’il s’agit de votre propre serveur, vous trouverez toutes les démarches ici. Enfin, si vous êtes hébergés chez 1and1, l’instruction ne s’affichera pas dans la liste pas mais vous pourrez tout de même faire de l’url rewriting.

2. Essayons ensuite de passer une ou deux commandes de test pour être sur que tout fonctionne bien avant de se lancer.

En fonction de votre hébergeur (notamment en hébergement mutualisé) il se peut que vous deviez rajouter quelques lignes de code. Lancez donc votre éditeur de code, Dreamweaver ou Notepad, et créez (ou éditez) un fichier « .htaccess » à la racine de votre site. Le fichier « .htaccess » permet de faire énormément de choses très utiles dans de nombreux domaines; si vous n’en avez jamais entendu parlé, je vous conseille d’aller et avant de continuer. Tout le monde est revenu ? Ok, on commence donc avec ce petit bout de code:

Options +FollowSymlinks
RewriteEngine on
RewriteBase /

RewriteRule   ^perdu.html$   gagne.html  [L]

Placez le à la racine de votre site, et créez au passage le fichier gagne.html. Si vous avez la flemme, téléchargez les deux fichiers en question et de-zippez les sur la racine de votre site.

Une fois les fichiers en place, il vous reste juste à tester avec votre navigateur si tout fonctionne bien. Tapez donc l’url de votre site (https://www.monsite.com/perdu.html) et vous devriez être redirigé de manière transparente vers le fichier gagner.html. Si ca marche, passez à l’étape suivante. Si ca ne marche pas (probablement « erreur 500 »), essayez de retirer la première puis la troisième ligne de code du fichier .htaccess.

3. Passons maintenant à la phase finale, la mise en production de ce que vous aviez griffonné un peu plus tot.

Pour cela il existe tout un langage et une syntaxe. Je ne livrerai ici que 2 exemples typiques et des sites permettant d’approfondir.

Forcer le sous-domaine « www » ?

Options +FollowSymlinks
RewriteEngine on
RewriteBase /
RewriteCond %{HTTP_HOST} ^votre_site\.com$
RewriteRule ^(.*)$ https://www.votre_site.com/$1 [R=301,L]

Si vous tapez « votre_site.com », le serveur affichera et interprètera automatiquement « www.votre_site.com ». Visitez le site Apache Mod Rewrite pour creuser cet exemple.

Cacher les extensions de fichiers

Options +FollowSymlinks
RewriteEngine on
RewriteBase /
RewriteCond %{SCRIPT_FILENAME} !-d
RewriteRule ^([^\.]+)$ $1.php [NC,L]

Allez sur votre site, et vous y verrez toutes vos pages fonctionner sans le « .php », c’est à dire comme un nom de répertoire. Visitez le site Apache Mod Rexrite pour creuser cet exemple.

Dans un prochain article, nous reviendrons sur la syntaxe assez barbare utilisée ici -les expressions rationnelles- et nous verrons que cette norme est extrêmement pratique et puissante dans de nombreux domaines. D’ici là vous pouvez continuer à parcourir des exemples d’url rewriting et même d’autres possibilités offertes par la manipulation d’un fichier .htaccess.

Méthodologie sous IIS

Microsoft oblige, IIS nous offre une API pour faire ces même manipulations. On utilisera pourra utiliser l’application ISAPI (Internet Server Application Program Interface) développée par Helicon qui revient à triturer un fichier .htaccess sous Apache. On notera d’ailleurs que ISAPI 3.0 permet d’importer un fichier .htaccess, ce qui n’est pas sans intérêt. Découvrez ISAPI 3.0 et d’autres logiciels du même style .

IIS gérant nativement l’ASP.NET, vous pourrez aussi passer par une approche « code » si vous n’avez pas accès à la configuration de votre serveur. Voilà de quoi vous mettre sur la voie !

Le temps de digerez tout ca et j’aurai fini un deuxième article sur une série d’exemples prioritaires pour vos réécritures d’url sur Apache. D’ici là, commencez déjà à imaginer si certaines de vos urls devraient être réécrites et si oui, lesquelles et pour donner quel résultat ! Tout un programme.

Catégories
Livres

Lectures: Le référencement sur Google

Alors que je me lance sur un nouveau projet personnel, je voulais rafraichir mes connaissances en matiere de referencement si possible en évitant le retour à la case depart.

Chacun son livre

Referencement Sur Google Avant de me lancer, j’ai donc cherché dans deux Fnac, sur Fnac.com et sur Amazon.fr. Mes critères etaient de trouver un livre d’un bon niveau technique sans pour autant être un cours de code. J’ai toujours une préference pour les bouquins qui savent faire comprendre l’esprit plutot que de s’attarder à un outil ou une fonctionalité. Après avoir feuilleté de nombreux livres, je suis tombé sur Le référencement sur Google (Le guide complet). En 300 pages, Gilles Grégoire construit intelligement un etat de ce qui marche, de ce qui est mal vu et des mythes que l’on entretien à force de parler d’indexation.

La premiere partie du livre parle des grands principes, des risques mais aussi des benefices d’un referecement bien fait. J’ai particulierement apprecié les exemples chiffrés visant à demontrer qu’une approche A est plus rentable qu’une approche B. C’est aussi grace à cette rigueure que le premier chapitre met en confiance; on comprend bien qu’il ne s’agit pas d’un ènième bouquin ecrit par un blogueur 2.0 avec des boutons flashy, mais par un acteur du monde de l’entreprise qui sait ce que rentabilité signifie. Le sixième chapitre couvre d’ailleurs plus en profondeur les indicateurs à mettre en place pour s’assurer que les efforts sont rentables, ciblés et pertinents.

Du deuxième au cinquième chapitre, l’auteur passe en revue des problematiques et y apporte un regard croisé entre retours d’experience, tendances du marché et possibilités technique à ne pas negliger (url rewriting par exemple).

Ce que j’en pense

Ce livre m’a vraiment appris quelques points technique valide que j’ignorais et rien que pour ca je ne regrette pas ma lecture. Pour autant, la vraie force de ce livre d’après moi reside dans sa capacité à donner des pistes à personnaliser tout en gardant en vue les grands concepts (page rank, duplicate content et politique de backlinks).

Il n’était plus disponible à la Fnac, mais vous pourrez le trouver sur ma boutique amazon pour la modique somme de 14€ (livraison gratuite).

Bonne lecture !

Catégories
Livres Blanc

Livre Blanc : Retour d’experience de marketeurs en 2008

Livre Blanc : Retour d'experience de marketeurs en 2008 -Suite à son appel à témoignage, le site ConseilsMarketing.fr a compilé les retours de 30 marketeurs sur des domaines et secteurs croisés. Comme indiqué dans la préface de l’ouvrage, l’idée n’est pas nouvelle et je vous parlais il y a quelques mois de l’exemple de marketingsherpa annoncant l’édition 2008 de ses 101 conseils en emarketing. Bref, on sait que la méthode marche, reste à savoir ce qu’on y trouve.

Version 2008 !

Sur 94 pages, Frédéric Canevet, partage donc avec nous la crème des retours qui lui ont été fait. Une fois passé le sempiternel chapitre sur l’accessibilité et les conseils orientés vers les équipes opérationnelles (i.e. « Pensez au texte alternatif des images »), on trouve un peu de tout :

  • du customer centric
  • du Wiki, du blog et du réseau social
  • de la vidéo
  • du mobile
  • mais aussi des retours très réalistes « internet c’est super mais n’oublions pas l’ensemble du potentiel OFFline »

Bénéficiant d’un chapitre pour lui tout seul, SecondLife semble encore rester un outil porteur pour certains emarketeurs. Autant on ne peut que se réjouir de voir que l’audace peut payer, je doute très fortement que j’inviterai un client à faire quoique ce soit dans un monde alternatif. A ce titre le témoignage est intéressant puisqu’on se rend compte que même marginal, ce média est encore en vie. Autant lancer un groupe humoristique sur Facebook !

Livre Blanc : Retour d'experience de marketeurs en 2008 -

A l’inverse, j’étais ravi de lire les retours de marketeurs (et probablement d’entrepreneurs) qui rappellent la nécessité de faire un lien avec la « vraie vie ». Que ce soit du « Street Merchandising » ou de la personnalisation de colis (« Un mot manuscrit pour le remercier de son achat »), la crise financière nous rappelle froidement que l’on ne peut considérer internet comme seul canal de distribution de l’information. Internet peut être moins cher que le papier, Internet peut toucher plus de monde que des catalogues mais ce n’est plus suffisant. En 2008 il faut être bon online mais il faut AUSSI montrer patte blanche offline.  En septembre dernier, le débusqueur de tendances Trendwatching relevait déjà que ce lien offline – online avait evolué avec son article OFF = ON (littéralement « Offline est branché »).

Chapeau donc à Frédéric pour l’initiative et la réalisation de ce livre blanc. Il vous suffira de cliquer ici pour remplir le formulaire et avoir accès au document librement, n’oubliez pas de vous inscrire à sa newsletter au passage !

Bonne lecture
Gregory Raby