Catégories
Livres Blanc

Les tendances du Digital

En marge du groupe Linkedin « Digital Marketing », John Horlsey a partagé le rapport trimestriel de Adobe sur le tendances lourdes du Digital (ou numérique) pour 2015.

Légitimité d’Adobe

logo adobeBeaucoup se poseront la question de savoir si Adobe est réellement légitime pour débusquer les tendances du numérique. Même si l’on l’habitude d’associer Adobe a des produits de création, comme Photoshop, Dreamweaver et autres Premiere, il faut savoir que la société a effectué un virage centré sur le business numérique depuis près d’une dizaine d’année. En s’offrant des sociétés comme Business Catalyst et Omniture (analyse de trafic, ecommerce et retargetting) en 2009, Adobe est devenu un acteur clef du web. Dans un autre secteur, en mettant Behance, Néolane et Fotolia, c’est toute la chaîne de création, d’envoi d’email et de branding (bref, les agences et les créas) qui sont tombés dans le giron du géant de San José.

C’est en tentant de connaitre au mieux les besoins de ses propres utilisateurs qu’Adobe a mis en place une série d’outils pour prendre leurs commentaires et retours d’expérience. L’un de ces outils est une étude annuelle complétée par plus de 6000 professionnels du numérique. Les réponses de cette enquête ont permis de tracer 5 grandes tendances entremêlées et soulignent les changements par rapport à l’année passée.

Quoi de neuf dans le Digital en 2015 ?

  • L’expérience client devient un impératif pour exister en 2015.
    22% des personnes ayant répondu à l’enquête estiment que c’est à elle seule, l’opportunité la plus importante de l’année. Par opposition le « Content marketing » n’a obtenu que 15% des votes !!!eperience client 2015Un autre graphique du rapport montre que cette liste de priorité change peu même lorsqu’on place la perspective à 5 ans. On peut réellement parler de tendance lourde et non de simple influence.
  • Dans le but d’obtenir une meilleure expérience client, les domaines les plus prometteurs sont le social, le mobile et la personnalisation du contenu. On notera que le prix n’est plus une stratégie différenciatrice. Une majorité des participants indique que la guerre des prix n’est pas suffisante pour se créer sa place.
    tendances domaines digital 2015
  • La personnalisation, l’optimisation du contenu et les médias sociaux sont les plus hautes priorités cités par les participants pour répondre aux besoins des utilisateurs.plan action experience client 2015
  • En 2015, il sera aussi question de maturité technologique. Le « mobile » n’est pas encore vieux, mais ce n’est plus LE sujet dont tout le monde parle. A ce sujet, la majorité des participants de l’enquête disent progressivement mettre en place les outils mobiles pour servir le bon contenu / la bonne offre aux prospects. En 2015, « faire du mobile » ne vous mènera pas très loin si vous ne prenez pas la mesure de son potentiel (ex: Geolocalisation, Wearables, Internet of Things).maturite technologies mobiles 2015
    Dans le lot, la géolocalisation est d’ailleurs le premier outil mis en avant dans les stratégies pour 2015 quelle que soit l’industrie concernée (secteur public, finance, telecom ou vente au détail).
  • Les acteurs du numérique ont du mal à interpréter les données accumulées dans leurs bases de données. Qu’il s’agisse de de mieux connaître ses clients, d’offrir du contenu plus en phase avec sa cible, le marketing de 2015 devra être aussi ciblé que possible. C’est la promesse du « Data-driven marketing ». Mettre en oeuvre le fameux Big-Data ne sera plus un slogan pour faire dans le coup, mais un vrai positionnement stratégique pour prendre l’ascendant sur les besoins de sa cible.

Il faudra donc en retenir qu’en 2015, l’expérience client est le facteur qui pourra faire (ou défaire) le succès d’un projet. Pour y parvenir, on misera sur la maturité des moyens de communication, du message et du lien entre la société et sa cible. Sans ce trio, les clients ne verront pas la valeur d’un marketing qu’ils jugeront dépassé.

Pour finir sur une note encourageante, seul 20% des participants à l’enquête d’Adobe estiment que le marketing Digital est isolé du reste de l’organisation. Sans dire que 80% des autres entités embrassent pleinement la révolution numérique, on parle bien d’un changement de culture, sans nul douté stimulé par les smartphones et réseaux sociaux.

Pour aller plus loin, l’étude (en anglais) vous donnera une vision plus approfondie de chacun de ces points. Elle est disponible ici, gratuitement.

Catégories
Productivité

Laissez WordPress (et ses plugins) se mettre à jour automatiquement !

Les statistiques varient mais directionnellement, on s’accorde à dire que WordPress fait tourner près de 20% d’internet. Des sites aussi larges que time.com (ou reuters, Vogue, BBC, TechCrunch,…) et aussi flexible que le blog de votre petit filleul. Si ce CMS a énormément d’avantages, à commencer par sa communauté, c’est son équipe centrale qui continue tout de même à porter la cadence des mises à jour et du planning des nouvelles fonctionnalités. Bref, que du bon, si ce n’est qu’entre les mises à jour de WordPress, les mises à jours des thèmes et les mises à jour des plugins, vous ne passerez plus une semaine sans avoir à cliquer sur un bouton de maintenance… Mais ça, c’était avant.

mise_a_jour_wordpress

La mise à jour qui fait des mises à jour

Si vous utilisez l’excellent plugin fourre-tout qu’est Jetpack, sachez que la version 3.3 vous permet maintenant de garder vos plugins à jour. Pour se faire, rien de plus simple.

  1. Allez dans votre menu d’administration et choisissez « mettre à jour » pour l’extension Jetpack. Vous devez obtenir une version supérieure à la version 3.3.
  2. Sur la page de Jetpack vous trouverez une annonce qui met en avant la fonctionnalité de gestion centralisée de votre site. Activez la.
    jetpack
  3. Vous pouvez maintenant vous rendre sur votre page https://wordpress.com/plugins et voir d’un coup d’œil tous les plugins qui requièrent votre attention…

Mais alors où est l’avancée par rapport au menu classique, directement dans votre site ?

Une fois votre site connecté à wordpress.com via Jetpack 3.3, c’est dans le menu de gestion de vos plugins que vous trouverez l’option de mise à jour. Appliquez la à tous vos plugins et à vous la tranquillité. Regardez :

activer_mise_a_jour_automatique_wordpress

 

Bon, c’est très sympa et effectivement on gagne du temps, mais sachez qui si vous avez plusieurs sites WordPress, ils sont TOUS administrables à partir de ce même menu. Ainsi, si vous activez la mise à jour du plugin « Akismet » (détecteur de spam dans vos commentaires), vous l’activez pour l’ensemble des sites connectés à votre compte wordpress.com. Pas mal, non ?!

Autant dire que si vous avez un compte chez ManageWP ou InfiniteWP, vous venez peut-être de trouver un moyen de faire des économies.

La méthode siouxe

Si l’on ne souhaite pas passer par Jetpack et sa gestion centralisée des sites, il existe une méthode plus discrète mais pas moins efficace. Il vous faudra éditer le fichier de configuration de votre site pour y ajouter quelques lignes de code.

  1. A l’aide d’un éditeur de texte (Notepad suffit), ouvrez le fichier wp-config.php qui se situe à la racine de votre site WordPress.
  2. Ajoutez ces 3 lignes à la fin du fichier et enregistrez-le à nouveau sur votre serveur.

[code]define(‘WP_AUTO_UPDATE_CORE’, true);
add_filter( ‘auto_update_plugin’, ‘__return_true’ );
add_filter( ‘auto_update_theme’, ‘__return_true’ );[/code]

Comme vous le devinez, ces instructions vont dire à votre installation WordPress de mettre à jour votre site pour chaque nouvelle version de WordPress, mais aussi pour chaque nouvelle version d’un des plugins de votre site et enfin pour chaque nouvelle version des thèmes de votre site ! La totale.

Si vous voulez en savoir plus sur les options de mise à jour à partir du fichier wp-config, tout est détaillé dans les pages du codex. Vous pourrez par exemple y trouver la syntaxe à employer pour bloquer la mise à jour de certains éléments… pratique dans certains cas.

Il est bon de rappeler qu’activer la mise à jour automatique a aussi sa part de dangers. Imaginez qu’un développeur publie une nouvelle version d’une extension qui ne soit simplement plus compatible avec votre thème… la mise à jour manuelle vous assure d’être au courant dans l’instant.
Ces fonctionnalités sont donc peut-être à réserver à des sites de contenu pur (sans ecommerce) ou des sites de test et preview.

Catégories
Livres Blanc

Livre blanc : Le référencement sur Google pour les débutants (par Google)

De mémoire de marketeur, je ne me rappelle pas avoir souvent vu des guides pour le référencement écrit par Google et destiné au grand public. Étant donné le marché foisonnant de livres (blancs ou non) qui s’en chargent, il n’y avait tout simplement pas le besoin. Pour autant, avec la masse nouveautés lancées lors de la dernière google dance, l’équipe Search devant bien mettre à jour leur best-seller maison.

Un guide de plus pour le référencement ?

Et bien, oui, un de plus. Ce guide, c’est un peu comme le manuel d’un magnétoscope caméscope téléphone. On en a pas tellement besoin quand on sait passer des coups de fils et ajouter des contacts, mais là il est question de grosse compet’ !  Autour de 6 chapitres, l’équipe Search vous explique comment tirer profit de leur produit. On couvre donc:

  1. Un rappel de ce qu’est le SEO
  2. Comment tirer partie de la structure de son site
  3. Comment optimiser son contenu
  4. Gerer les spiders
  5. Indexer un site mobile
  6. Promouvoir votre site

Alors bien sur tout du long, il va falloir lire un peu entre le lignes. Par exemple, on apprend peu de choses sur la gestion de sites multi-langues, si ce n’est qu’on peut extrapoler un peu en partant des « Best Practices » (pages 5 à 9, par exemple).

Un peu plus loin, Google revient sur un thème assez équivoque: les sites optimisés pour son système d’indexation. On aura tout entendu (« Prepare two sitemaps: one for users, one for search engines ») et son contraire (« Create content primarily for your users, not search engines »), mais en sortant ce livre blanc, Google espère probablement mettre fin à la polémique. En résumé, il est maintenant recommandé de créer non seulement un site facilement indexable mais aussi de proposer à google des sitemaps simplifiées, voire du contenu simplifié. On reste proche de techniques douteuses donc la règle du bon sens reste de mise.

Livre blanc : Le référencement sur Google pour les débutants (par Google) -L’un des points qui me chagrinera à titre personel reste le positionnement de Google par rapport aux commentaires sur les forums. Là encore, un sujet longuement discuté mais à la différence du point précèdent, pas question de transiger : le nofollow s’impose. Avec ce petit attribut de la balise a, les éditeurs de forums et de blogs sont sensés décourager les spammeurs et ne plus offrir de « link juice ». Au quotidien, c’est très compréhensible et les éditeurs de sites un peu soucieux auront déjà sauté sur l’occasion… mais en parallèle, d’un point de vue économique, ca veut dire qu’à moins d’avoir ses propres sites satellite, il devient très difficile pour les PME de sortir du lot. D’un point de vue plus idéologique, ca veut dire aussi que le partage de lien en commentaire n’est plus valorisé comme une source fiable et légitime.

A ma grande surprise, pas de mention des efforts récents pour favoriser les sites rapides (Google caféine), pas de mention des changements d’AdWords et rien sur Docs ou goog.gl non plus. On aurait peut être crié au monopole 🙂

Et donc ?

En 2010, pour devenir célèbre sur internet, il faut maitriser les outils de publication communautaire. Non, pas les commentaires dont on vient de parler, mais les services de soumission aux agrégateurs de news, les services de géolocalisation et les médias viraux. Outre l’omnipresence des twitters, foursquare et  facebook (public), on notera par ailleurs la forte remontée de slideshare.net. A l’inverse Digg et Delicious sont au bord du gouffre.

Il y a 10 ans, google (qui débutait) indexait les annuaires (vous vous rappelez du DMOZ ?). 10 ans plus tard, ce sont les indexeurs spécialisés qui se font indexés à leur place. Au bout du compte, pas tant de changement : il faut coller aux besoins et habitudes de consommation de votre cible pour vous faire repérer.

Le téléchargement, c’est par ici.

Bonne lecture
Grégory Raby

Catégories
Livres Blanc

Gratuit: 101 conseils de pros pour réussir son marketing internet en 2008

Il y a quelques jours l’honnorable www.marketingsherpa.com a publié un livre blanc regroupant les 101 erreurs classiques commises en 2007. Issues de retours d’experience d’acteurs de l’industrie, on y trouvera des thèmes allant de la stratégie email, à la politique d’entreprise en passant evidemment par le web 2.0, le SEO et evidement le web mobile.

MarketingSherpa - Online marketing wisdom 2008Plus qu’un guide de bonne conduite, vous trouverez un panel de citations concernant des erreurs passées et certaines bonnes idées. Le positionnement est amusant et rappel le côté empirique du marketing: on tire les leçons des erreurs du passé et on experimente de nouvelles choses pour voir ce que ca donne.

Il y a un peu de blabla, mais j’ai été surpris par certain conseils qui sortent du buzz actuel:

Emailing:
– N’hésitez pas à re-envoyer vos emails aux lecteurs qui ne les ont pas ouvert la premiere fois en changeant le format ou en rajoutant un lien vers la version http (« Si vous n’arrivez pas à lire ce texte »).
– Arretez de mettre trop de texte et gardez une interaction vers le site principal

Gestion de site:
– Les sites « referers » (site pointant vers votre site), les brochures et autres documents que vous produisez (PDFs, Flash, PPTs) offrent un flux stable de visiteurs qualifiés.
– Avant de generer du traffic, assurez-vous que votre funnel (étapes menant vers la concretisation d’un objectif) soit satisfisant.

Politique d’entreprise:
– Internet n’est pas qu’un canal de vente supplémentaire, il doit être partie intégrante de chaque action visant les clients dans chaque département (relations presse, commerciaux, marketing, finance, juridique, ressources humaines et autres).
– Assurez-vous que votre site reflete votre charte, votre politique, vos engagements. Même si des liens cassés font toujours mauvaise figure, c’est encore plus domageable dans le cas d’une webagency.

Il vous suffira de remplir un formulaire pour obtenir gratuitement le document complet « Marketing Wisdom 2008 ».

Bonne lecture !
Greg

Catégories
Gestion de projet Productivité

La gestion de projet web en 10 slides

Depuis quelques jours, j’ai eu la surprise d’avoir plusieurs demandes de visiteurs cherchant une présentation de ce qu’est la gestion de projet appliquée au web. Par quoi commencer ? Quelles sont les séquences ? Y a-t-il des méthodes à suivre… Bref, une petite piqure de rappel pour se remettre les idées en place avant de se lancer dans une nouvelle aventure.

Les 5 phases

Un projet web se découpe en phases. Quelque soit sa taille, quelque soit le degré de professionalisme qu’on y apporte, il vous faudra passer par ces 5 étapes pour arriver à un résultat structuré.

La gestion de projet internet en 10 slides (+bonus) par Grégory Raby

A mesure que l’on se plonge un peu plus dans chaque étape, on se rend compte du type de compétences nécessaires. Là encore pas de miracle, un projet est une aventure en équipe. Le plus talentueux des designers comme le consultant le plus polyvalent ne pourront parvenir seuls à livrer au client un travail répondant à ses attentes s’ils ne se répartissent pas les tâches. Rappelez-vous la Ford T !

Les moyens de ses fins

Pour vous assister dans ces étapes d’une logique implacable, plusieurs méthodes et outils sont à votre disposition. Six Sigma et Merise sont des méthodologies éprouvées qui vous permettrons de mener à bien n’importe quel type de projet sous réserve de savoir exploiter les bons outils face aux bons problèmes. Ayant passé la certification Six Sigma, je vous propose de lire mon article sur les forces et la faiblesse de Six Sigma.

Devant l’ampleur du choix côté applicatif, je me permettrai de vous aiguiller directement vers mon top 3: Microsoft Excel, Microsoft Project et Web Planner. Chaque logiciel a ses points forts et faibles mais dans l’ensemble voilà comment les départager:
Comparaison MS Excel / MS Project / Web Planner

Excel vous permettra de faire des prévisions visuellement impactantes et très simples à partager puisque tout le monde à Excel ou un tableur compatible (Google Docs, OpenOffice, Star Office). Project est LE logiciel de gestion de projet; il vous permettra de suivre vos coûts, calculer le chemin critique de votre projet mais aussi, voire surtout, il à un composant serveur qui fait de lui un réel point de repère pour tous vos collaborateurs. Dans le cas où vous n’auriez pas la possibilité d’installer la partie serveur, sachez qu’il s’intègre très bien avec l’outil de gestion des tâches d’Outlook.
Enfin, Web Planner vous aidera spécifiquement à gérer vos projets dans une optique de « réflexion / développement / promotion » avec une liste très complète de tâches à travers lesquelles vous devrez certainement passer. Que vous en fassiez votre outil de suivi de projet ou non, le téléchargement vaut le coup d’œil, c’est gratuit.

Voilà qui conclue cette introduction. De nombreux posts à venir pour compléter tout ca et pour partager sur les méthodes et ressources à votre disposition.

Greg

<div style= »width:425px » id= »__ss_267688″><strong style= »display:block;margin:12px 0 4px »><a href= »https://www.slideshare.net/gregory.raby/la-gestion-de-projet-internet-en-10-slides-bonus » title= »La gestion de projet internet en 10 slides (+bonus) »>La gestion de projet internet en 10 slides (+bonus)</a></strong><object id= »__sse267688″ width= »425″ height= »355″><param name= »movie » value= »https://static.slidesharecdn.com/swf/ssplayer2.swf?doc=la-gestion-de-projet-internet-en-10-slides-bonus-1203114393179475-4&stripped_title=la-gestion-de-projet-internet-en-10-slides-bonus » /><param name= »allowFullScreen » value= »true »/><param name= »allowScriptAccess » value= »always »/><embed name= »__sse267688″ src= »https://static.slidesharecdn.com/swf/ssplayer2.swf?doc=la-gestion-de-projet-internet-en-10-slides-bonus-1203114393179475-4&stripped_title=la-gestion-de-projet-internet-en-10-slides-bonus » type= »application/x-shockwave-flash » allowscriptaccess= »always » allowfullscreen= »true » width= »425″ height= »355″></embed></object><div style= »padding:5px 0 12px »>View more <a href= »https://www.slideshare.net/ »>presentations</a> from <a href= »https://www.slideshare.net/gregory.raby »>Grégory  Raby</a>.</div></div>