Permalink

7

L’incroyable histoire de la pastèque carrée

Marre de chercher la grande idée « game changing » issue d’un énième think-tank… Voilà une histoire rafraîchissante qui a eu le mérite de me changer les idées.

Le contexte

L’histoire se passe au Japon, plus précisément chez les épiciers japonais. Comme le veut la rumeur, le Japon n’est pas une île regorgeant de richesses naturelle mais s’il y en a bien une qui se fait rare, c’est l’espace. En parallèle, les japonais semblent raffoler de pastèques. Ces gros fruits ronds et lourds. Dans le monde du packaging, le rond est l’ennemi. Le rond est synonyme de perte de place, de difficulté à manoeuvrer, mais aussi et surtout, le rond est la forme la moins simple à stocker.

Tas de pastèque

Tas de pastèques

Toute personne normalement constituée se dirait donc qu’il suffit d’améliorer le conditionnement de ces maudites pastèques pour qu’elles puissent s’imbriquer. Par exemple, un placement en quinconce reglerait la question du stockage en magasin. Pourquoi pas, mais quelle solution apporter pour les clients qui ramènent leur pastèque (à l’unité) chez eux ? Comment feraient ces mêmes clients pour choisir une pastèque plutôt qu’une autre enfouie sous 2 autres pastèques de 3 kilos ?

On peut imaginer une multitude de petits changements pour régler les tracas du quotidien au différents niveaux de la chaîne de production. Ces 1000 petites améliorations, ces d’ailleurs ce qu’on voit polluer pulluler dans le monde numérique, entre firmwares et patches qui viennent régler les petits tracas du quotidien. Tout ça c’est bien joli, mais quand on parle d’innovation, on ne parle pas de petites améliorations, on parle d’un changement qui vient impacter l’ensemble des éléments.

Revenons à notre pastèque

Ce que veulent fondamentalement les clients, les magasiniers et les transporteurs, c’est une pastèque qui soit par nature simple à transporter et à manipuler sans pour autant que cela change sa nature de pastèque. A l’opposé du rond, quelle est la forme la plus standard dans l’industrie en terme de packaging ? L’idée de la pastèque carrée était née.

Vous me direz, que c’est une idée simple et pragmatique mais comment fait-on pour faire pousser des pastèques carrées ? Et qui dit que les clients ne serraient pas repoussés à l’idée de manger une pastèque modifiée ? Si on peut encore appeler ça une pastèque…

Et bien des fermiers locaux ont naïvement tentés de faire pousser leur pastèques dans des carcans en verre de forme cubique. Pas d’OGM, pas de produits chimiques supplémentaires, juste une petite cloche en verre.

Impossible ? Voilà le résultat:

La pastèque carré et le moule

La pastèque carré et le fameux moule

La pastèque carrée a bien résolu le problème des revendeurs mais, chose inattendue, les clients ont adoré cette nouvelle forme: plus simple à stocker dans un frigo, plus simple à découper et plus simple à ramener chez soit ! Détail qui a aussi son importance: le prix. Alors qu’une pastèque « normale » était vendue 5€, notre super pastèque vaut 50 euros pièce !

Tout se paie

On savait déjà que l’innovation avait un prix mais on préfère retenir le « quoi » plutôt que le « comment ».

Ne présumez pas (enfin pas trop)

Le vrai problème ici est que les gens ont toujours été habitués au pastèques rondes et que leur formes n’était pas un critère flexible. Quand on fait quelque chose de la même manière toute sa vie (ou parfois juste une fois), on pose des éléments qu’on estime comme stable et on construit dessus. C’est reposant, c’est humain, c’est tout ce qu’on voudra mais parfois ça vous coupe de la voie la plus simple.

Posez les bonnes questions

Le meilleur moyen de remettre en cause ce qui doit l’être, c’est de se poser les bonnes questions. En remettant en question systématiquement chacune des étapes qui constituent un processus, vous disposez l’habitude et revenez aux vraies raisons. Cela ne manquera pas de vous rappeler les fameux « 5 why » de la méthode Six Sigma (lire « L’innovation dans le marketing internet« ).

Soyez créatifs

Je ne suis pas un artiste. J’associe toujours les mauvaises couleurs et je suis absolument incapable de dessiner quoi que ce soit. Pourtant, ne pas être un artiste ne vous empêche pas d’être créatif. Essayer de voir les choses sous un autre angle, se mettre à la place des autres, avoir une vision transversale (« ce qui a marché ailleurs dans le même cas s’applique t’il ici ? »). C’est la créativité dont on parle ici.

Impossible n'est rien

Impossible n’est rien

Si l’on part du principe que quelque chose est impossible, forcement, il le restera. D’un autre côté, si l’on remet en question le contexte il est fort probable qu’à force on finisse pas trouver des voies intéressantes. Appliqué au monde de l’entreprise et de la gestion de projet, cela implique que les phases de découverte et de définition ne doivent pas être que de simples séries de poignées de main. Remettre l’existant en question fait souvent mal, déstabilise… on appelle ça aussi la résistance au changement !

Greg

NB: Je viens de tomber sur une pastèque en forme de pyramide

Author: Gregory

Je travaille dans le milieu du marketing web depuis 1999. Depuis ces quelques années, je griffonne, je note, je code, je mesure, j'aide des copains à se lancer, j'archive et grâce à ce site, je tente de structurer un peu tout ça. Pour en savoir plus, c'est ici.

7 Comments

  1. Bonjour,
    Je suis très intéressé par cette pasteque carré savez-si il y a une possibilité de trouver ces produits en europe. Le fruit ou le moule??
    Merci

  2. Je n’ai pas trouvé de site faisant référence à une boutique en France, uniquement de vagues idées de prix.

    Pour ce qui est du moule -je n’ai pas vraiment la main verte- j’imagine qu’il est assez simple de le bricoler soi-même… C’est aussi un peu le sens de cet article :)

  3. Pingback: Grégory Frégeac Coach & Fitness Rennes » Blog Archive » L’incroyable histoire de la pastèque carrée

  4. en reponse à vieille 3 ans plus tard…
    Faut pas être idiot, tu vois bien que le moule c’est 6 plaques de plexi avec un trou.
    Alors tu vas a brico depot…tu associe 6 plaques dont une démontable..tu introduit ta pastéque par le trou quant elle est gosse…et tu ouvre quant c’est cuit…

  5. J’aime beaucoup la réflexion sur le potentiel créatif et la remise en cause des habitudes.

    Quelque chose me tracasse. Comment la puissance créatrice peut-elle se traduire par un moins plutôt qu’un plus ? C’est-à-dire un coût final supérieur. Cette idée géniale de pastèque carrée est sensé permettre de réaliser une économique dans le stockage et le transport pour les intermédiaires de la distribution. Jean-Claude a raison à propos du petit surcoût à la production. Comment cette économie s’est-elle traduite par une explosion du prix ?

    Il est choquant de voir comment la créativité est aujourd’hui utilisée à des fins purement égoïste, alors que ce don a pour but initiale de rendre la vie plus facile, plus simple et à moindre coût pour tous.

  6. Pingback: I’m a beef eater plus porc | People Are Strange | Magazine

  7. Pingback: Quand c’est plus rond c’est carré ! « Juliette

Commentaires