L’innovation dans le marketing internet

L’innovation est tout autant au centre des discussions des équipes gérant des sites commerciaux ou à fort trafic que dans l’esprit des amateurs de blogs et autres passionnés de 2.0. En fonction du secteur d’activité et de la pression des résultats, beaucoup on pu constater une forte tendance à pointer du doigt le manque d’innovation. Une architecture obsolète ou l’absence des derniers gad/wid-gets semblent souvent être le coupable ideal pour expliquer pourquoi une campagne genere un fort taux de “bounce” (perte du visiteur dès la premiere page) ou pourquoi les visiteurs ne semblent pas satisfait de leur experience.

Sans remettre en question le business model de nombreux sites ni la règle des 5 whys, revenons un moment sur le moteur de l’innovation et ce que cela implique.

A mon sens l’une des personnes les mieux placées pour parler de tout ca, serait un ex Directeur IT (CIO) de Google, Douglas Merrill… et bien il en parle là:

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=2GtgSkmDnbQ[/youtube]

Laissons la propagande sur google de cote… Maintenant qu’on en sait un peu plus sur les cycles de l’innovation et sur l’impact de l’arrivée du pouce sur le destin de notre planete, Idris Mootee nous explique que l’innovation n’est pas juste une decision de vouloir faire les choses differement, il faut la stimuler, créer un contexte.

Pourquoi et comment innover ?

D’apres Douglas Merrill, l’innovation seule ne sert à rien. Elle ne vaut que la valeur economique qu’elle genere. Elle n’est utile que dans la mesure ou elle permet à d’autres evenements d’avoir lieux (l’arrivée du pouce a permis de creer et utiliser des outils).

Flotteur à théEn bref, pour innover, il ne faut pas juste créer un contexte et se donner du mal, il faut le faire dans l’idée de changer la nature de ce qui existe. Dans le web participatif à tous prix, les utilisateurs / clients ne peuvent pourtant pas tout faire à votre place. Il faut que vous soyez vous même impliqué dans le processus (dans la souffrance ?) et ce à tous les niveaux. Si Henry Ford avait demandé ce que voulaient les gens, il leur aurait fait des chevaux plus rapides ! Mais combien d’innovations ratées et de mauvaises bonnes idées pour qu’un Henry Ford mette en place la Ford T grâce a son système de division du travail ? Certainement beaucoup. Le dernier point necessaire à l’innovation, d’autant plus dans les milieux technologiques, est d’avoir le droit à l’echec et à recidiver dans l’echec. C’est n’est qu’au bout d’une serie d’echec et de remise en question que la fameuse trouvaille pointera le bout de son nez, validée par les données et mesures mises en place.

Leave a Comment